Mille femmes blanches, Jim Fergus

plume_or_miniplume_or_miniplume_or_miniplume_or_miniplume_noire_mini

J’espère que cette fiction (j’insiste sur le fait que c’en est une) reflète de manière satisfaisante la vie des cheyennes à la fin du XIXème, car si c’est le cas, alors cet ouvrage est un sans faute. Les personnages sont attachants, l’histoire est haletante et l’écriture sous forme de journal de bord fait mouche (pour une fois).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s