Acide sulfurique, Amélie Nothomb

plume_or_miniplume_or_miniplume_or_miniplume_noire_miniplume_noire_mini

Malheureusement, avec la mode de Hunger Game et ses autres dérivés, cet ouvrage sur une émission de télé-réalité mettant en scène des prisonniers et leurs gardiens a un petit goût de « oh mince… encore… ».  Pas de chance pour Amélie Nothomb qui a écrit son livre en 2005, mais je devais vous prévenir si jamais vous avez envie de vous plonger dans cette histoire en 2017.

Ma Vie de pingouin, Katarina Mazetti

plume_or_miniplume_or_miniplume_or_miniplume_noire_miniplume_noire_mini

Je ne suis pas une fana de morceaux de vies romantiques, mais Katarina Mazetti parvient à nous conter une jolie histoire d’amour sur fond de croisière en Antarctique sans la napper de niaiserie à vous donner la nausée. A lire en vacances sur la plage pour se rafraîchir ou à dévorer pendant un week-end d’hiver cocooning pour rester dans le thème.

Le Dernier Banquet, Jonathan Grimwood

plume_or_miniplume_or_miniplume_or_miniplume_noire_miniplume_noire_mini

Le livre raconte l’histoire de Jean-Charles d’Aumout, un noble du XVIIIème siècle, de l’enfance à la mort. Ce qu’on peut dire, c’est que sa vie aura été riche en rebondissements, et l’auteur nous les raconte avec force détails crus et dérangeants mais en y ajoutant toujours une note presque burlesque. C’est à la fois dégueulasse et enthousiasmant !

Le Fils de l’eau, Gu Byeong Mo

plume_or_miniplume_or_miniplume_or_miniplume_noire_miniplume_noire_mini

Cet ouvrage raconte l’histoire d’un jeune homme-poisson recueilli par un vieil homme et son petit fils. Encore une fois je n’ai pas été séduite par l’écriture de Gu Byeong Mo. Mais dans cet ouvrage, contrairement aux Petits Pains de la pleine lune, l’auteur a réussi à m’accrocher avec un personnage principal plus attachant et un récit plus efficace.

Les Robots de l’aube, Isaac Asimov

plume_or_miniplume_or_miniplume_or_miniplume_noire_miniplume_noire_mini

L’enquêteur des deux précédents tomes, Les Cavernes d’acier et Face aux feux du soleil, une nouvelle planète, des robots, je pensais que ce tome du Cycle des robots allait de nouveau enthousiasmer ! Et pourtant, j’ai trouvé cet ouvrage encore plus lent et verbeux que les autres ce qui m’a décidé à ne plus lire Asimov pendant quelques temps.

Les Cavernes d’acier, Isaac Asimov

plume_or_miniplume_or_miniplume_or_miniplume_noire_miniplume_noire_mini

Malheureusement ce livre allait forcément être une déception après Les Robots et Un Défilé de robots. En effet, contrairement aux deux autres ce troisième livre du Cycle des robots est un roman. On perd toute la dynamique percutante de la nouvelle pour lire un ouvrage complet que j’ai trouvé un peu long, manquant de rythme et qui m’a surtout laissé un sentiment d’enfermement et d’étouffement un peu anxiogène. Mais cela reste un texte abouti et parfaitement intéressant à lire, d’où mes trois plumes bien méritées !